Les petits papiers. Outil

Comme vous le savez peut être, dans la vraie vie partie 1, je suis manager d’une équipe pluri disciplinaire. Dix-huit personnes qui travaillent ensemble au profit de jeunes.

En bon manager, je réfléchis très souvent à l’animation de ce collectif. Comment faire pour que les gens se connaissent, de quelles manières animer mes réunions d’équipe, par quelle magie faire que le bonheur soit en pôle position au bureau…

Ce n’est pas toujours facile, je vous l’accorde ! Depuis quelque mois, j’essaye de démarrer mes réunions par un ice-break (brise glace) pour permettre à chacun de se concentrer sur la réunion, de faire une pause dans sa journée et d’être tout présent avec le groupe.

La veille des vacances, mon envie était de permettre à l’équipe de s’offrir un cadeau, de prendre un temps pour recevoir des mots agréables de l’ensemble de l’équipe. C’est très souvent plus facile de se critiquer, de voir les points faibles et les manquements. En cette période de Noel, quoi de plus doux que de se dire ou écrire des compliments !

Alors voici une technique simple qui protège la pudeur de chacun et permet de s’exprimer librement. La consigne est simple, vous prenez une feuille par participant. Chacun note en haut de la feuille son prénom et fait passer à son voisin de droite. Ce voisin écrit un compliment, une chose agréable et plie la feuille afin que personne ne voit ce qu’il a écrit. Il passe ensuite à son voisin de droite. Ainsi de suite jusqu’à ce que la feuille revienne à son propriétaire. Beaucoup d’émotions à la lecture ! Certains ont voulu partager à voix haute mais ce n’est pas obligatoire.
Moi même j’ai été très touchée par les mots découverts :

« On aime son ouverture d’esprit, sa capacité d’écoute »  » D’Arabie ou d’ailleurs, tu es en général d’excellente humeur »  « Cadre et hors champ, un monde en perspective »….

Une belle manière de ponctuer une année et de célébrer les qualités de chacun !

Autres ice break que j’aime beaucoup

  • L’horoscope du jour : chacun donne son horoscope du jour ce qui permet de prendre la « température »
  • L’objet qui parle de moi : chacun apporte un objet qui parle d lui. les objects sont mis en commun et on doit deviner à qui appartient quoi ! Cette animation favorise la connaissance mutuelle

Avez vous des idées à me proposer ?

th

 

Publicités

Le complot du projet. Accompagnement

Il y a peu j’ai fêté mes 10 ans de travail dans le secteur de l’orientation, années auxquelles vous ajoutez 6 ans en formation des adultes. Dix ans qu’une (enfin plusieurs) chose me dérange et aujourd’hui j’y mets des mots…

Selon moi, nous faisons une erreur monumentale à poursuivre le travail sur le projet professionnel auprès de certains publics. En effet, nous croulons sous les dispositifs et les publics passent leur temps à passer de l’un à l’autre. Sans succès. Les offres non pourvues le sont toujours, les demandeurs d’emploi augmentent, les entreprises râlent, la société est malade. Bref les recettes se succèdent, s’annulent, se remplacent et reviennent au gré des changements politiques.

Il y a deux ans, je me suis formée au coaching sans objectif particulier mais avec la conviction que les techniques de cet art du questionnement  correspondaient à ma pratique de professionnelle.

Et aujourd’hui, une démarche de VAE me pousse à réfléchir…Une discussion au sein de mon équipe également. J’ai pu assister et participer à un échange entre deux visions du monde au sein d’une équipe de travail. D’un côté l’équipe « On doit les aider à choisir leur métier c’est important de faire le métier qu’on rêve. On devrait tous pouvoir faire ce pour quoi on a une vocation » de l’autre «  La vie est opportunité, nous devons accompagner une agilité au sein même des parcours. Parlons du projet de vie et non pas que du projet pro ».

Qui a raison ? Qui l’emporte ? Sur le terrain, je dirais c’est la première équipe. Mais vous aurez deviné que je n’adhère pas à cette vision.

Mon public est un public de jeunes adultes sans diplôme et à priori assez éloignés de l’emploi. Pourquoi éloignés ? Ils trainent des freins et de multiples empêchements. Pour certains, des vies personnelles lourdes, des manquements éducatifs, des ruptures scolaires, des problèmes de santé physique ou mentale, des dettes, une instabilité de logement.
Leurs besoins primaires sont à peine comblés et nous professionnels les interrogeons sur leur projet professionnel. Nous leur proposons de construire ce projet, de le valider…Alors nous les envoyons faire des recherches, leur demandons de choisir, d’être responsables et acteurs de le vie. Quelle violence….

D’ailleurs vous êtes plutôt celui qui donne du poisson à ce lui qui a faim ou celui qui apprend à pêcher ? Dans un séminaire pour professionnels, j’ai été la seule à me positionner pour donner le poisson. On ne travaille bien que si le ventre est plein. Bien entendu, une fois « nourris », on passe à l’apprentissage. Un peu comme avec des enfants à qui on apprend.

Alors peut être pourrions-nous orienter nos actions vers l’accompagnement du projet de vie ? Pourrions-nous réfléchir différemment ?
Pour moi, un public en besoin d’accompagnement est avant tout un public constitué d’individualités, de personnes en manque de confiance en soi. Commençons alors par renforcer leur estime d’eux. Proposons leur d’apprendre à rêver, à projeter avant de faire une enquête métier. Acceptons les avec leurs failles, allons faire éclore leurs talents, redonnons leur goût à la vie, apprenons-leur à croquer dans la pomme…

L’envie suscite l’envie.
La découverte de soi permet d’aller sereinement à la rencontre de l’autre.

th-1

Philo, philosophes et coaching

La philo, pour la majorité d’entre nous, cela représente une matière nébuleuse du lycée. Pour les chanceux, une manière de récupérer des points, pour d’autres, un grand trou noir. Pour moi, c’est ce que je n’ai jamais appris à l’école. En effet, peu travailleuse au collège, j’ai été orienté en lycée professionnel et pour les « mauvais » pas question de les éveiller aux choses du passé et de la vie…J’ai donc découvert les auteurs, les références petit à petit au gré des rencontres.

Et aujourd’hui, je souhaite partager quelques unes de mes découvertes !

Amis coachs, managers ou tout simplement acteurs de vos vies, voici donc quelques idées et outils offerts par les grands philosophes !

D’abord la philo c’est large… Je vais faire des ellipses incroyables, pardon pour les puristes.

Deux grands courants contemporains nées vers -300 ans qui peuvent nous aider :

Les stoïciens et les épicuriens

Les premiers se posaient des questions comme «  Qu’est-ce qui dépend de moi et qu’est-ce qui ne dépend pas de moi ».
En coaching, nous sommes amenés à utiliser cette démarche pour permettre à l’autre de lâcher prise et de se concentrer sur son pouvoir d’agir. Ces philosophes recherchaient la maitrise et l’éloignement des passions.

Exercices issus des stoiciens :

  • Fabriquer un canon (sorte de mantra), des phrases élaborées pour soi à se répéter matin et soir
  • Les méditations ou l’art d’anticiper les choses. On réfléchit à ce qui va se passer et on imagine les réactions justes à avoir. Le soir on débriefe pour savoir si on s’est comporté de façon juste
  • La suspension de jugement ou l’épokée : on sort des passions du jugement
  • L’instant présent

Un auteur : Marc Aurèle

Les deuxièmes s’interrogeaient sur «  De quoi ai-je besoin pour être heureux ? ». Aujourd’hui, on confond l’épicurisme et l’hédonisme. Les épicuriens avaient la sobriété heureuse en ligne de mire un peu comme Pierre Rabhi.

Ils voulaient cultiver la gratitude mot bien à la mode aujourd’hui. Pour eux, l’origine des problèmes vient du fait qu’on craint des choses qui ne sont pas à craindre et que l’on désire des choses qui ne nous sont pas utiles. Le canon existe mais il est moins rigide que chez les premiers.

Exercices issus des épicuriens :

  • Se reconnecter aux bons souvenirs de la journée (psychologie positive)
  • Faire preuve de gratitude

Un auteur : Epicure

Je pourrais aussi vous parler de la maïeutique ou l’art du questionnement bien connu en coaching et de la double écoute. Socrate utilisait l’ironie et la confrontation (comme de nombreux coachs !). Alain disait que « le secret de l’action c’est de s’y mettre ».

Comme vous le voyez, nous sommes bien loin de concepts poussiéreux…tellement de notions qui font écho dans nos vies, dans la mienne c’est sûr ! Plus qu’une boite outils, on peut trouver dans la philosophie plusieurs clés pour vivre notre vie. La philosophie permet à l’individu de réfléchir par lui -même, le coaching tel que je le vis a la même ambition. Bien loin de mes représentations, ce « coaching de type gourou/entraineur….

J’ai pu écrire cet article grâce à un praticien Laurent Rizo. Il anime des ateliers sur ce sujet (entre autres !). Le dernier s’est déroulé chez AB Carrières (Merci Anne !). Tous les deux proposeront bientôt une formation d’une journée que je conseille fortement !
Dans ma posture de coach, cette piste m’a donnée des idées…Dans ma fonction de manager, accompagner mon équipe vers le sens c’est aussi une de mes missions principales.

La philo peut m’aider à trouver des chemins différents et pourquoi plus « parlants » !

Pour vous éclairer :

Laurent RIZO
http://www.latelierdescoachs.fr/les-talents-coachs-atelier/les-coachs-de-l-atelier-des-coachs/108-laurent-rizo

AB Carrières
http://www.abcarrieres.fr

Un article pour compléter :

http://www.educ-revues.fr/DIOTIME/AffichageDocument.aspx?iddoc=39041

Unknown

 

 

 

Petits pas de licorne.Suite (2)

Bon, on poursuit le chemin en Licornie !
Au lieu de passer en revue une autre pièce, je vais vous présenter quelques petits pas tous simples (enfin pour moi !).

Faire soi même ses produits ménagers
J’ai commencé en janvier 2017 en fabriquant ma lessive. J’ai trouvé cela si simple…J’ai recommencé et c’est devenu une habitude. Le prix au litre me revient à peine à 1 euro. Mon linge est nickel et sent le savon de Marseille. Ma prochaine étape est de tester la lessive au lierre. Ce grimpant envahit mon jardin, autant s’en servir !
J’ai poursuivi par un vide stock des produits « cracra ». En Licornie, ce sont tous les produits toxiques pour laver encore plus fort encore plus vite. Du vinaigre blanc, du bicarbonate, du citron…Je suis encore en chemin et Monsieur ne m’aide pas vraiment car il ADORE tous les trucs bingbang.
Je zieute du coté des éponges à faire soi même. cela semble simple mais il faut passer à l’acte !

Fabriquer soi même des tas de choses
A chaque petit pas, il y a chez moi deux questions :
– j’ai des choses à utiliser, comment faire pour ne pas gaspiller ?
– j’ai des habitudes, comment les transformer en quelque chose de durable ?

Vive les sites et forums qui débordent d’idées !
Des eaux fraiches pour remplacer les jus. Des bouchons en liège trempés dans de l’alcool à 90 pour devenir des allume feux parfaits. Du laurier du jardin à faire sécher pour la cuisine.  Des vieilles serviettes éponges à découper en carré démaquillant. Des tissus à récupérer pour faire des chiffons.

Ne plus gaspiller la nourriture
Je dois avouer que c’est là que j’ai fait des efforts incroyables…Nous achetions trop et mal. Ras le bol d’avoir le frigo vide en milieu de semaine, assez de ne pas savoir quoi faire à manger, plus envie de plus tout prêts…J’ai choisi une méthode de licorne : Préparer ses menus. Pour mes proches, (j’en vois déjà qui vont halluciner), imaginez le travail ! Car moi je ne cuisine pas, je n’aime pas faire les courses….
Et bien, me voilà transformée ! Je prépare mes repas du soir le vendredi en fin de journée. Comme je ne suis pas une créative des fourneaux, je pioche sur le net et dans des livres de recettes simples. Nous votons les repas. Samedi direction le magasin avec une liste de ce que nous avons besoin…Le montant des courses a fortement diminué…Plus aucun gaspillage et ça c’est aussi bon pour la planète ! Effet kisscool : plus de prise de tête le soir pour savoir qui fait à diner et quoi. Quel apaisement ! En plus je teste des plats et on mange mieux ! Cela fait un mois et demi et je peux dire que cela fonctionne.
En Licornie, certains prônent le tout fait maison, j’en suis encore loin mais chaque petit pas est une victoire.

Alors, je vous donne envie d’enclencher la marche ???? Racontez moi vos expériences !

Unknown

 

 

 

 

 

 

 

Petits pas de Licorne. La salle de bain

Vous avez réclamé à corps et à cris des conseils de licorne ! Et bien, je commence ici !

La licornie est un pays dans lequel chacun peut se développer, devenir soi et poursuivre son propre but.

Le mien est de vivre plus en harmonie.

Mon chemin passe par des réflexions, des lectures et des rencontres. Loin de moi, l’envie d’imposer une méthode car en toute franchise, j’avance selon les hasards de la vie. Certaines étaient partantes pour lire quelques idées et pistes, alors voici par quoi j’ai commencé !

Le désencombrement
Est ce l’envie d’y voir plus clair ? Le besoin de se recentrer sur l’essentiel ? J’ai commencé à me dire que je devais faire du tri (et ce n’est pas fini !!!!!!).
A la maison, j’ai démarré avec ma chipie par sa chambre. Vente de jouets et livres trop bébé, dons aux copines et dans les bacs Relais de recyclage, dépôt à l’atelier éco-solidaire.  Cela a permis à ma chipie de s’aménager un nouvel espace de bureau pour son entrée en 4ème et de retrouver des étagères libres dans son armoire.

La deuxième pièce est la salle de bains et je vous assure que c’est du boulot…
Tri, poubelle, dons…Il me reste quelques bouteilles de shampoing, des produits en double ou en triple à utiliser avant de repasser par la case magasin ! D’ailleurs l’effet « kiss cool » c’est que des envies de produits plus naturels émergent et vont petit à petit remplacer les bidons plastiques toxiques.

Toujours côté salle de bains, quelques conseils simples :

Tu n’achèteras plus de cotons démaquillants ! Version fainéante : achat de quelques lingettes en coton qu’on lave après le démaquillage  (elles passent à la machine à laver) ou on utilise tout simplement des gants. Version licorne habile : on prend un tuto et on fabrique ses lingettes soi-même !

Tu n’achèteras plus de coton tige ! C’est d’abord un problème de santé, le coton tige est super mauvais donc on s’en passe ! Version fainéante et licorne : dans la douche, on nettoie ses oreilles avec le doigt.

Tu feras le point sur tous les produits que tu stockes ! Version licorne économe : plus aucun achat avant de finir toutes les bouteilles….Et ensuite, si tu es sensible à ta santé, tu commences à passer au naturel en apprenant à déchiffrer les étiquettes.

La licornie est assez facile si on procède par étape ! Je vous assure que le bien-être qui s’installe vaut ces petits efforts.

Unknown

Et vous, vous avez des astuces et conseils côté salle de bain ?

 

 

 

 

 

43. S’autoriser à ou comment dépasser les critiques. Coaching

 

« T’es nulle » « C’est pas joli » « Il y a bien plus doué que toi »…Ces phrases là elles sortent autant de la bouche de nos proches que notre critique interne. On les connait bien ces mots assassins qui réduisent à néant nos élans et désirs. Lors de mon dernier billet, je vous racontais l’expérimentation de l’hypnose pour dépasser cette étape de peur.

Hier j’ai tenté une nouvelle expérience. Le thème d l’atelier était alléchant «  Dessine moi un mouton : carnet de voyage ». Elena accent slave architecte et pédagogue nous a accompagné dans le dessin durant deux heures. Un premier temps consacré aux bases de la perspective, à l’utilisation des crayons et à un coaching positive. Selon elle, nous savons tous dessiner. A la maternelle, tous les enfants crayonnent avec bonheur et arrive l’âge où on commence à entendre les phrases empéchantes. La deuxième heure, munis de crayons et papiers, nous sommes partis sur la place St Michel. Tests de perspectives dans une ruelle ( catastrophique au départ), choix d’un sujet statique et passage à l’acte. Elena telle une petite abeille vient crayonner, apporte conseils et encouragements. Pour cet atelier, j’avais embarqué ma chipie de presque 13 ans pétrie de mauvaises phrases. Elle est nulle en dessin. Elle a lutté un bon moment mais a cédé sous les conseils et regards bienveillants.

Idem pour moi, j’ai découvert des techniques simples pour faire des arbres et des fleurs mon sujet favori. Et je sens que je vais me lancer !

Alors pour dépasser nos petites voix négatives, il est nécessaire de poser pas après pas. Pour moi, le passage aux crayons prend du temps mais les changements sont profonds et ancrés. C’est ce qui me semble important à communiquer. Les changements ne s’opèrent pas à coup d baguette magique. Il est indispensable de choisir ses petits pas, d’oser aller à la rencontre, FAIRE avant tout.

Elena a une jolie phrase « C’est l’attitude qui fait tout ». En effet qu’importe le résultat c’est l’intention qu’on y a mis, qu’importe le réalisme du dessin c’est l’émotion qui prime. Lorsque je regarde les dessins réalisés je repense à l’endroit, aux moments partagés avec ma fille. Et n’est ce pas l’essentiel….

Contact : Le buro des possibles rue Planterose Bordeaux (endroit superbe de coworking, de gourmandises au coeur de la ville)

https://www.leburodespossibles.fr

Le dessin avec le vélo est fait par ma chipie !

42. Créativité sous hypnose. Coaching

Créativité, développement personnel, coaching…Des thèmes qui sont pour moi imbriqués. Vendredi dernier, j’ai participé à un atelier assez novateur dans son genre : un atelier Hypnos Arts mélangés. Kesako ? Le principe est simple, vous vivez une séance d’hypnose et lors de cette séance vous partez vous promenez sur une île bien magique…En sortant de cette séance, vous passez directement à la création. Peinture, dessin, modelage, écriture…Tous les supports sont possibles et aucun n’est privilégié. C’est vous qui décidez sur le moment.

Lors de mon expérience, je me suis baladée sur une plage et j’y ai vu une fleur magnifique. Elle s’est imposée à moi et j’ai eu envie de la peindre. J’ai aussi écrit un texte en écriture automatique sur mon voyage.

Quel est l’objectif de cet atelier ? Je vais vous parler du mien car chaque participant y trouve un intérêt personnel.

Ma petite voix me glisse souvent à l’oreille que je ne sais pas dessiner, que lorsque je prends les crayons tout se qui en sort est laid. Je ne suis pas une artiste. Et pourtant j’aime créer, et pourtant je sais ô combien peindre me détend et me libère…Alors utiliser l’hypnose s’est imposé à moi. Libérer cette créativité, m’autoriser à peindre…Pouvoir commencer ce carnet de créativités qui m’attend sagement sous plastique depuis trois semaines…

La séance s’est merveilleusement déroulée et ma guide Christelle y est pour beaucoup…Bienveillance, accompagnement doux…J’ai pris beaucoup de plaisir. Je vais cultiver les graines semées…

Je vous livre mes deux productions et curieusement je trouve cette fleur splendide !!! J’en suis très fière !

InstagramCapture_024c505b-09aa-479c-baa9-8f0e6befac2d

 

Texte écrit en écriture automatique

CALICE

Plage luxuriante et fleurs de frangipanes
Sable fin, grains
Un escalier en bois, marches étroites
Alice Calice à la main
Le diamant à poils blancs
Yeux rivés sur la robe plissée
La fleur velours explose
Pistil dressé aux quatre vents
Alice petite kali
Pas hésitants tablier blanc
Assisse devant la porte, sage

L’animal sur les genoux attend

 

Pour plus d’infos : Centre Quintessence Gradignan

Atelier Hypno Arts Mélangés: Peinture- Dessin – Modelage- Ecriture automatique tarif 30 euros
Christelle, Sandrine et Dominique seront ravies de vous accueillir.
Merci de vous inscrire auprès de Christelle au 07 89 84 79 01.