Dialogue entre sourds. Poème ou à peu près.

Dis, comment on retrouve moi ?
Ma gueule face au miroir
Je ne me vois pas

Dis, comment on reste soi ?
Cherché dans les bouquins
Mais pas trouvé la clé

Dis, comment on devient nous ?
Moi, ce que je voulais c’était toi
Mais toi pas vouloir moi

Dis, dis,
Comment on oublie toi ?

@LaurenceMarino
Février 2018P1080565

Crédit photo @LaurenceMarino  » Fille dans les rues de Rome »

Publicités

Petit Papa Noël. Poème

Petit Papa Noël
Des lumières partout
Quand tu descendras du ciel
Des gens pressés et mouillés
Avec tes jouets par milliers
Une danse de parapluie
N’oublie pas
Des voitures qui se bousculent
Mes petits souliers
Portemonnaie qui se vide
Mais avant de partir
Vendeurs désolés et fatigués
Il faudra bien te couvrir
Noël est fini
Dehors tu vas avoir si froid
Sapins fanés
C’est un peu à cause de moi
Couronnes bonnes pour le placard
Il me tarde tant
Guirlandes et boules recyclées
Que le jour se lève
Vacances pour les jeunes
Pour voir si tu m’as apporté
Labeur pour les autres
Tous les beaux joujoux
Cernes sous les yeux
Que je vois en rêve
Tristesse au fond des cœurs
Et que je t’ai commandés
Impressions que tous s’amusent
Petit Papa Noël
Fêtes à en pleurer

 

@LaurenceMarino 2018

 

Nés du magma.Poème

Nos âmes
Telles des statues de boue
Figées là, pieds engluées
Se tiennent sans ciller
Ames incandescentes, mains liées
Fruits d’un père orage et d’une mère lahar
Elles pleurent cendres et poussières
Nos âmes
Et puis au plus profond des chairs
Dans une minuscule chambre d’ombres
Une avalanche a séché nos larmes laves
Les particules se sont rencontrées
Amours indestructibles de balsate
Pierre spirituelle de la découverte

 

Un jour est né
Le feu de la glace en miroir
La fissure devenue trop grande
Béante de nos silences amoncelés
Années de nuées ardentes
Un volcan, une tornade, un cataclysme
Nos âmes libérées
Le jour est enfin né

 

th

 

 

 

Mes trop rares. Poème

Mes rares impatiences
Elles ont pris l’ampleur d’un vent fort
Petites vagues noyant toutes les colères
Elles trépignent de ton vide
Crachant sur ces espaces laissés en jachère

Mes rares certitudes
Elles ont tournoyé sur un pont suspendu
Délicates feuilles emplies de fébrilité
Elles tremblent de cette chaleur
Brûlant de cette injustice criarde

Mes rares nervosités
Elles ont le goût de la fièvre
Temps d’abandon posé sur de la dentelle
Elles s’évaporent de ton absence
Pleurant de cette jungle pâle

Mes rares abandons
Ils ont la blessure de tes pas
Ravins aux parois d’argile
Ils se faufilent du côté de mon âme
Dévastant la vie d’un souffle court

th

 

De nombreux commentaires sur ce poème,
http://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/mes-trop-rares?all-comments=true&update_notif=1512407796#fos_comment_2217843

Nos cendres. Poème

 

 

 

Unknown

Dans ce braiser géant, j’ai retrouvé ta trace

Nuages de fumée, yeux plus jamais opaques

Les personnages de bois dansent

Des transes inconnues

Dans des musiques enivrantes

 

Chevelures torsadées enduites

Paillettes sombres de nuit

Empreintes blanches sur nos secondes

J’ai cessé de respirer

Mes poumons ont avalé l’éternité

 

La fièvre a de nouveau dévasté nos nuits

Et pillé ce qu’il me restait d’âme

Tes flamboiements m’ont manqué

Miettes de milles douleurs et cris

Les poussières grises se colorent

 

Sous les draps sombres de larmes

Plus rien de survivra

Nos cendres se sont retrouvées

 

 

 

 

 

Mon ange de lumière. Poème

Tout près de moi, souffle profond

Vêtue d’ailes de dentelles

Mon ange de lumière veille

 

Il m’aura fallu mille détours

Pour sentir ta présence et ton regard

Particules essentielles

 

Des ténèbres à remplir, chemins tortueux

Entre deux terrifiant

Et une lente respiration pour s’en extraire

 

Mes aveugles guidaient les pas

Ta main posée sur ma tête

Empreintes attirées par une respiration légère

 

Tout près de moi, présence chaude

Parée de son aura de déesse

Mon ange de lumière caresse

Blessures de l’âme

scene-symbolique-femme-devant-un-miroir

 

Les blessures de l’âme sont sorties du tiroir

Véritable polichinelle aux yeux noirs

Barrières à franchir avec un goût de déjà vu

Les émotions reviennent des siècles passés

On m’avait dit que je revivrais tout

 

Debout devant la grande porte

J’ai mis au coup de pied et me suis mouchée

Prise en flagrant délit de bis repetita

Les blessures de l’âme ont comploté

Terribles amies étranglées

 

Cinq cicatrices béantes

Venues des autres mondes

Energies tourbillonnantes

Pauvres vagabondes

 

J’ai enjambé les unes et les autres

Ecrasant les miettes et les pierres

Fais fi des prédictions et sortilèges dévorants

Les blessures de l’âme se sont moquées

Meilleures ennemies de mes cauchemars

 

Cinq plaies ouvertes

Accrochées à mes mains

Tornades expertes

Promises au lendemain

 

 

Devant la grande porte, j’ai rampé

Traversé de l’autre coté du miroir

Une douce voix a chuchoté

« Les blessures de l’âme se balayent à coup de larmes »

Alors face à moi même, j’ai pleuré.

 

FIN