Citrouilles, lectures, petits pas et Joies.Blog

Les vacances ont pointé leur nez et tout comme celles de l’été, elles seront au rythme détente absolue. La petite fille énervée a compris que pour recharger ses batteries, elle avait besoin de calme et de lecture. Donc je lis…Beaucoup, pleins de styles différents et je me ressource. Peut-être pour attaquer mon futur projet d’écriture ! L’automne est ma saison, celle des couleurs somptueuses, celle où l’on vit encore un pied dehors et un pied près du poêle. Les citrouilles et masques qui font peur ont pris leur quartier. L’automne c’est la saison où l’enfant caché refait surface.

images

Moi, je savoure la joie immense d’être publiée. Chaque semaine, un article dans un blog, une photo prise dans un salon par mon éditeur…Tous ces actes qui « encrent » mon histoire d’auteur dans la vraie vie…Certains me pensent impudiques car j’affiche, je dévoile, je cris et je ris fort. Qu’importe, l’essentiel est de vivre au quotidien cette joie, de la savourer comme un délicieux fondant au chocolat.
Je vis un de mes rêves car j’ai eu l’audace de dire à haute voix quels étaient mes désirs. Et j’ai la chance d’être entourée de personnes bienveillantes, de fées et de fous. Cela aide à oser toujours.

Les amis, je vous remercie de partager aussi souvent mes exaltations ! Pour l’heure, je retrouve me faire un thé aux zestes d’orange, mettre un plaid sur mes jambes pour m’enfoncer dans une lecture d’automne.
Je retourne surtout rêver à mon héroïne qui danse la valse dans ma tête sans pour autant m’avouer ce qu’elle voudrait vivre vraiment.

 

 

Publicités

Licorne pour les nuls. Blog

Mais non, je n’ai pas cédé à la super mode des licornes…Réveillez vous, ce sont les flamands roses les nouveaux doudous pour adultes !

Je n’ai pas non plus la prétention de vous révéler les origines de ces animaux licornesques ni de vous donner la recette pour avoir des pets odorants et pailletés….

Ici, mes chers amis, je vais vous expliquer la transformation qui s’opère en moi depuis quelques mois…Et bien, oui, je suis en train de muer en licorne…Oui, oui…Mais rassurez vous je vais très bien, très très bien….

Tout a commencé en début d’année voir un peu plus tôt. Une envie de minimalisme, un besoin profond d’être bien en phase avec moi-même. Aussi un ras le bol du consumérisme à la con. Cet état s’est installé petit à petit comme une anecdote de fin de repas. Vous savez ? La petite histoire sans prétention qu’on se raconte à la machine à café…

Donc j’ai débuté minuscule. Mon côté coach sait que les changements se font petits pas après petits pas. Je pense qu’au début je n’avais même pas l’intention de changer autant.

Mais c’est quoi alors une licorne ?

Et bien, j’ai découvert depuis peu que c’était une personne qui décidait de changer des aspects de sa vie quotidienne pour respecter les autres, la planète et surtout pour se respecter soi même. J’ai rencontré plusieurs personnes, des pages faceb., des blogs et j’ai lu. Etrangement, j’avais déjà commencé ce chemin vers le « moins » depuis quelque temps.
Chaque semaine m’apporte un nouveau défi et si vous saviez le bien-être que j’en dégage…
Loin de moi l’idée de convaincre, mais j’avais envie de témoigner (en vrai c’est mon défi du mois !). Parce qu’en Licornie, on se challenge tous les mois !
Je me suis engagée à parler de mes petits pas sur ce blog. J’ai aussi lancé l’idée au bureau de réfléchir collectivement à des actions de développement durable.
Et puis, je me suis dit (vous me direz si vous êtes d’accord !) que je pourrai chaque mois donner des astuces de licorne, des gestes simples à réaliser…Comme par exemple, de quelles manières on commence par désencombrer, comment on réfléchit à sa consommation alimentaire, comment on réduit facilement ses déchets, les recettes de produits d’entretien…Pas de fausses bonnes idées, seulement des choses testées et accessibles sans trop d’effort.

Parce que moi, au début, j’ai eu très peur. Vous savez comme quand vous prenez une décision et que vous avez peur de ne pas y arriver !

Si j’y arrive, vous pouvez aussi….Alors si vous avez envie d’un post mensuel tout droit venu de ce pays, dites le dans les commentaires !

Pour les curieux

https://www.facebook.com/groups/976276749102927/?ref=bookmarks

https://www.wedemain.fr/Pour-soigner-son-budget-et-la-planete-les-5-secrets-de-la-methode-Licorne_a2592.html

Unknown

Mes lectures de l’été. Boulimie !

Choses promis, choses lues ! Après avoir parlé de ma frénésie de nouveaux titres pour m’accompagner en Espagne, voici un bref compte rendu et quelques conseils de lectrice !

Le parfum du bonheur est plus fort que la pluie de Virginie Grimaldi ****
Quand l’amour est parti et qu’on tente de le retrouver…Beau roman pas niais une lecture à conseiller, cela fait passer un bon moment

Charlotte de David Foenkinos ****
Au début, j’ai hésité et je me suis vite laissée embarquer dans cette histoire, une belle rencontre avec une artiste morte le siècle dernier.

Son carnet rouge de Tatiana de Rosnay **
C’est un recueil de nouvelles qui a pour thème l’adultère. C’est souvent la femme qui est trompée mais pas mal écrit et plaisant sur la plage.

Un week end entre amis de Sophie Kinsella ****
Drôle et grinçant, j’ai apprécié et beaucoup ri

En attendant Bojangles de Olivier Bourdeaut ******
J’ai compris le succès de ce premier roman…émouvant, un vrai style…j’ai beaucoup aimé et j’attends avance impatience un autre livre de cet auteur

Les dunes sauvages de Marie Do **
Conseil d’une amie avec un thème drôle : un type atterrit dans un camping naturiste…Dommage que l’écriture soit trop ampoulée pour moi…

Le livre de Baltimore de Joel Dicker ********************
C’est mon chouchou….tellement bien écrit, une histoire fouillée, des personnages réels…j’ai ADORE !!!!!

Dix minutes par jour de Chirac Gamberale ********
Et si dix minutes par jour nous faisions quelques chose que nous n’avions jamais fait…Proche du coaching mais plaisant, j’ai aimé

Quelques échecs :

La ligne de courtoisie de Nicolas Fargues
Auteur que j’apprécie mais là qui a franchi ma ligne à moi…un livre pour ne rien dire….plat…un moins connu n’aurait jamais été publié

Le livre de sable de Jorge Luis Borges
Trop complexe en terme d’écriture j’ai décroché…je le garde pour cet hiver !

 

th

 

 

 

 

 

 

 

Et Kevin, tu peux rappliquer silteplé ? Blog

OUIIIIIIIII. On l’a rêvé pendant des années, on commence à le regretter. On nous a bassiné durant des mois sur le compte à rebours et ça y est on est en Juillet. OUIIII arrive à Bordeaux et va changer nos vies !

Imaginez Bordeaux Paris en 2 heures, à peine une séance complète d’épilation, un cours de maths chiant, une petite sieste crapuleuse…

Pour tout vous avouer, très vite, les locaux, on a déchanté voyant les parisiens fondre devant nos belles échoppes valant le prix d’un T2 dans la capitale. Résultat : hausse des prix de l’immobilier..On a aussi vu les cv de nos lointains voisins venir en concurrence avec les nôtres. On s’est rassuré en se disant que les défendeurs des chocolatines seraient toujours rois en leur royaume. Et puis les premiers trajets ont commencé.

Chers amis, voici en direct le témoignage d’une locale de l’étape qui l’a déjà pris deux fois…Avec deux retards….Le premier était léger, 30 minutes, j’ai raté le début d’un comité de pilotage. Ça a fait rire mes interlocuteurs.

Le deuxième a été légèrement plus pénible….C’était mardi dernier. Départ 7h33 de ma petite gare locale, montée dans la LGV premier étage ( parce que oui ils ont un étage !!!), installation et démarrage à l’heure. Vingt minutes après arrêt brutal. Les passagers se regardent tous. Très rapidement, Guillaume notre chef de bord nous  annonce que des problèmes sur la voie sont responsables de l’arrêt. Toutes les trois minutes même message. Guillaume n’est pas fautif mais il commence à agacer tout le monde à parler pour rien dire… Nouveau message : nous changeons de rails. Mais comment est-ce possible ??? Cela signifie que si on n’avait pas changé on aurait percuté un autre train ? Bon, ok, je flippe….Changement, départ, re-arrêt, re-départ….Et là, une drôle d’odeur, des bruits qu’une maman reconnait entre mille…Vomitos juste devant mon siège…Un charmant bambin avec son papa. L malheureux avait installé son drôle dans le sens inverse de la marche, donnait des gâteaux et laissé le mioche lire. Quelle erreur de débutant ! Sans aucune solidarité, j’ai pris mon sac et direction le sas. Pas de strapontin dans le OUIIII donc j’ai plié ma pauvre carcasse sur le porte valises et j’ai attendu que mon estomac ne fasse plus de yoyo.

Arrivée à Paris 40 minutes de retard. Vous me direz mais ça va !!!! Sauf que j’ai raté ma correspondance. Que le train suivant était deux heures après. Deux heures dans la cour des miracles de la gare du nord entre les paumés et les gamins hagards suivant les moniteurs de colo habillés en Harry Potter (j’en ai déduit après observation qu’ils partaient en Angleterre).
Le séminaire auquel j’assistais a vraiment commencé sans moi….7 heures de trajet…J’aurai mieux fait de prendre l’avion pour Marrakech !

Alors j’en appelle au Dieu Kevin Costner ! Moi je ne te demande de couper tes films pour qu’ils rentrent dans le trajet parce que mes trajets à moi durent plus longtemps…Alors sois tu te mets aux séries soit tu rappliques pour régler ce gros problème !

Sur le cul. Blog

Mes amis, l’info est passée comme inaperçue…

Peut-être sommes-nous encore assommés par ces élections à répétition…Peut-être bien que nous avons assez soupé devant la télé et que juillet pointant le bout de son pif, on préfère détourner le regard…

Et bien, croyez-moi, une pub m’est restée en travers de la gorge. Tout d’abord sachez que je n’ai rien contre les fonctionnaires ou employés des services publics (bien au contraire ;)). Sachez également que j’adore les personnes âgées, enfin comme tout le monde quoi….

Donc voilà l’info qu’on a cachée dans les sacoches du vélo : votre facteur moyennant abonnement mensuel peut prendre un café avec vos vieux. Comme quelques euros et relevé bancaire, le gentil Emile de Casimir peut rentrer dans vos cuisines.

On croyait avoir atteint le fond avec les promeneurs de chiens, les arroseurs de plantes et autres prestations en dépit du bon sens mais c’était sans compter sur l’ingéniosité de brillants marketeurs. D’ailleurs, je dois avouer que tout de suite je me suis imaginée une réunion de travail dans laquelle un stagiaire ou un ingénieur aigri a balancé cette idée, juste pour faire chier. On allait se payer la tête de toute cette solitude, ôter la culpabilité des enfants, faire oeuvre de charité (pas vraiment chrétienne celle-çi). Payer pour que le gentil facteur fasse un sourire, lise l’ordonnance et fasse conversation. Mais La Poste, ils les choisissent avec quels critères leurs facteurs ? Je pensais que les pré-requis étaient liés à l’organisation, à la capacité physique ? Et bien on va rajouter aide à domicile, dame de compagnie…
J’ai l’image d’un grand écart. Ben oui, les français font le grand écart en permanence, oscillent entre la gauche et la droite, les extrêmes et les centristes, les valeurs de solidarité et le plus vil esprit mercantile. On construit des boites à livres, on collecte des fonds mais on taxe le sourire et la bienveillance.

J’entends les remarques  » Mes parents sont loin »  » Pas le temps de les voir »…J’entends mais je n’accepte pas…On a des voisins, des associations, des bénévoles. Toujours un moyen en allant vers l’Autre de trouver une solution à l’isolement. Si on se donne la peine d’accepter de demander.

Mesdames et Messieurs de la Poste, créez plutôt des services pour que le courrier et les colis arrivent à l’heure, poursuivez vos activités et améliorez les….Trouvez un moyen pour que je n’attende pas 15 minutes pour récupérer un paquet, pour que les gens utilisent à nouveau les lettres d’amour et les cartes postales de vacances mais pitié laissez nos anciens tranquilles ! Laissez le facteur dire bonjour sans qu’il ait besoin de vérifier quel type d’abonnement ont pris leurs enfants…

Unknown

 

 

C’est vraiment toi ? Blog

Toutes celles et tous ceux qui écrivent ont dû entendre cette question…Et aussi :

  • Ça t’est vraiment arrivé ?
  • Tu en vis des choses quand même…
  • Je n’aurai jamais cru…
  • C’est de moi dont tu parles ?

Quelle est la part de vérité et d’imaginaire dans ce que j’écris ? Comme si c’était important pour le lecteur de savoir…

Parfois, je me sers d’événements vécus, parfois pas. Souvent, j’invente des choses que j’aurais aimé vivre, parfois pas… Les écrivains ont un imaginaire et c’est tant mieux car je vous assure que ma vie de tous les jours ne ressemble pas à un roman qui attirerait les foules !

Alors je me suis demandée ce qu’en tant que lectrice je cherchais dans un roman…

Pour tout vous dire, j’aime les deux. Une Marguerite Duras qui narre ses amours, une Annie Ernaux qui parle de sa mère. Mais aussi une Amélie Nothomb quand elle invente mais pas toujours et un Alexandre Jardin qui entraine vers des mondes parallèles. Chacun d’entre eux a écrit sur son « dedans ».

Mes romans les plus intimes ne sont peut-être pas ceux que vous croyez ! Ne cherchez pas à savoir si j’ai vécu ce que je raconte…Même dans des chose personnelles, j’y rajoute de la poudre d’auteur, des miettes d’invention et un bon quart de farfelu…

 

Les femmes qui mangent des artichauts sont des salopes.Blog

unknown

Un jour un docteur s’est levé et a déclaré que l’artichaut était aphrodisiaque. Il mettait le sang en émoi. Raccourcis masculins : les femmes qui en mangent sont des chaudasses.

Un autre jour, un autre homme a dit que les femmes qui montraient leurs cheveux montraient leurs fesses.

Et puis un autre que celles qui avaient beaucoup de tatouages étaient des filles faciles…

Qu’est ce que les bonhommes peuvent dire comme conneries…Vous ne trouvez pas ? Et si je porte une mini jupe et que je me fais violer, c’est ma faute aussi ? Si mon gars me tape c’est que je l’ai mérité ?

Je ne vais pas vous faire une plaidoirie féministe mais hier soir lorsque j’ai entendu l’histoire des artichauts, mon sang n’a fait qu’un tour. Ce médecin a la seule excuse d’être bien mort (au environ de 1650) mais ce qui m’a rendu triste c’est que d’autres ont pris le relais.

A toujours savoir ce qui est bon pour nous êtres si fragiles… Doit-on leur rappeler que certaines sociétés ne tiennent que pas le travail des femmes ? Que l’accouchement c’est bien nous qui nous le fadons ? A chaque pan de l’histoire, on en bave les premières. Privations des libertés, privations des droits…Aujourd’hui encore dans tant de pays du monde, les filles n’ont pas accès à l’école, elles sont mariées de force avant l’âge de quinze ans…Ma chipie regardait un reportage et s’est trouvée sidéré de voir qu’on pouvait être épouse à son âge. Douze ans…presque pas formée, jamais embrassée avec la langue, jamais un seul frison de désir et bing tu te retrouves dans un pieu avec un vieux (ouais parce qu’en général ce sont les vieux…). Ou alors tu as le même âge et les blancs friqués viennent de glisser un billet pour se glisser en toi.

Un proverbe dit  » La bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe ». proverbe à la con ! A chaque propos anti femme, vous me trouverez sur le chemin, je ne suis pas une colombe, j’aime les artichauts, les jupes courtes et les tatouages.

Je ne suis pas une salope.

Je suis une femme.